Périnée et transverse, Part.1

Deux muscles dont on parle de plus en plus souvent actuellement (surtout le périnée) et pour cause : Ils sont indissociables l’un de l’autre, ils fonctionnent en synergie, mais ( ! ) il faut savoir les solliciter correctement, de façon physiologique, pour en retirer les meilleurs bénéfices possibles.

Ces deux muscles interviennent dans plusieurs fonctions et, dans ce post, va d’abord être abordé le périnée.

Couramment découvert lors de la première grossesse, il est aussi appelé plancher pelvien, puisqu’il représente un ensemble de muscles situés entre le pubis et le coccyx, un peu comme une sorte de hamac de maintien. Sa fonction principale est de maintenir les organes du bas ventre (vessie, utérus, rectum) et d’amortir les pressions abdominales. Il représente donc l’ensemble des muscles de la continence.

A l’époque, certains recommandaient, pour le muscler, de faire un exercice très connu, qu’on nomme le « stop pipi ». Une mauvaise manière (ou plutôt une pratique à bannir pour TOUS ❌ ) de le « muscler » puisqu’il peut engendrer des dérèglements  dans le réflexe de miction et donc, de continence…

Comme tout est question d’équilibre, pour le périnée, il en est de même. Il doit garder une bonne elasticité ; certains sports le rendent très tonique, comme l’équitation ou la gymnastique, or, pour l’accouchement, celui-ci doit pouvoir se détendre pour minimiser les risques de déchirures ou d’épisiotomie.

Que faut-il éviter ?

  • Les poussées abdominales vers l’avant et vers le bas (comme les crunchs conventionnels qui raccourcissent les muscles abdominaux et tassent la colonne vertébrale, et de toute façon absolument déconseillés pour la grossesse)
  • Inspirer exagéremment le ventre gonflé (par exemple, la poussée lors de la défécation)
  • Les efforts bloqués (le port de charges lourdes en apnée)

Quels peuvent-être les risques d’une pression excessive sur le périnée ou d’un périnée trop peu tonique ?

  • Incontinences urinaires et fécales (augmentent avec l’âge).
  • Un prolapsus, soit une descente d’organes.
  • Une hernie inguinale, lorsque la pression est trop importante et repétée (crunchs lestés typiquement), les organes peuvent sortir de leur cavité abdominale.

Comment préserver son périnée alors ?

  • Il est possible de le contracter avant chaque expiration lors d’exercices de postures ou de respiration (le fameux « périnée-expir) mais aussi lors d’efforts importants, si par exemple vous devez porter une charge lourde.
  • Pendant la grossesse, il est possible de masser son périnée avec une huile dédiée à cet usage (personnellement l’huile de coco est très adaptée😊) afin d’optimiser sa capacité à se détendre pour l’accouchement.
  • Il est mentionné plus haut, bannir le « stop-pipi »
  • Pour la phase post-natale, un très bon tip : l’orgasme, avec les contractions du vagin, est aussi un très bon moyen de remuscler son périnée (ou comment allier l’utile à l’agréable 😉 )